Pour voir la version en ligne de cet e–mail, cliquez ici.
La Chronique Agora
 

Paris, vendredi 15 septembre [%= :date(%Y) %]

  • Simone Wapler : Du bienfait des frontières face aux ouragans
    Les systèmes politiques et législatifs sont en concurrence en raison des frontières. La gestion de l'ouragan Irma à Saint-Martin n'est pas flatteuse pour l'Etat français.
  • Bill Bonner :
    Pas de chronique de la part de Bill, occupé aujourd'hui à échanger avec Jim Rickards au sujet des élites internationales et du Deep State.
  • Charles Hugh Smith : Les causes du recul des salaires au 21ème siècle
    Les salaires stagnent mais notre système socio-économique nécessite des revenus toujours plus élevés pour fonctionner. Il y a donc un problème.
Eric Lewin

GRATUIT : 4 semaines pour faire passer votre PEA à la vitesse supérieure

Recevez La lettre PEA, le service exclusif d'Eric Lewin, pendant un mois...

... sans AUCUN frais... sans AUCUNE obligation... sans AUCUN engagement !

Cliquez simplement ici pour en profiter sans attendre.

 

LES NOTES DE SIMONE WAPLER

Simone Wapler

Du bienfait des frontières face aux ouragans

Faut-il encore des frontières et des pays ? Après tout, l'élite internationale nous vante régulièrement les mérites d'une "gouvernance mondiale".

Mais les frontières délimitent la gestion des Etats et permettent ainsi de comparer la gestion de diverses organisations politiques, législatives, taxatrices et redistributives. Les frontières introduisent donc une forme de concurrence dans la gestion des affaires publiques.

Les ouragans, eux, ne connaissent pas de frontières et se promènent là où Dame Nature le décide.

Laissez simplement votre e-mail et téléchargez le livre de Jim Rickards

Nous avons eu récemment droit à une intéressante expérience in vitro avec Irma. Cet ouragan a balayé les Antilles françaises -- et notamment Saint-Martin dont une partie est sous administration néerlandaise et l'autre sous administration française.

J'entends déjà le gentil lecteur sensible et charitable s'offusquer. "Ce monstre reptilien au sang froid et au coeur sec, dénommé Simone Wapler, au lieu de s'apitoyer sur de malheureuses victimes innocentes et irresponsables va disserter sur une calamité avec une calculatrice néo-ultra-libérale".

Exactement. Mais, cher lecteur, vous n'êtes pas obligé de me lire et cette chronique ne vous a rien coûté. J'ajouterai que, dans mon enfance, je connus, outre des maisons détruites en quelques minutes et des bâtiments s'écroulant dans les rues, des scènes de pillage consécutives à des tremblements de terre. Ces souvenirs me font très bien imaginer ce que certains habitants ont subi.

Revenons à notre sujet -- Saint Martin. Voici, tiré d'un article dont je vous recommande très vivement la lecture, une illustration de Capital concernant l'économie de Saint-Martin qui est une île, contrairement à la Guyane (je dis ça au cas très improbable où cet article remonterait jusqu'à l'Elysée).

En bleu, c'est la gestion française et en orange, la gestion batave. Pour le chômage et les congés payés nous dominons, il n'y a rien à dire.

En bleu, c’est la gestion française et en orange la gestion batav

Pour le reste... la France n'est pas réputée pour ses performances économiques - nous le savons - et pour nous consoler, nous avons notre art de vivre et notre Etat-providence que le monde entier nous envie.

Pour Irma, notre "service public" avait une semaine pour se préparer. Dès le 31 août, on savait qu'Irma allait être violente, très violente.

Mais justement, côté préparation, raté. Et, comme toujours, dans ce genre de circonstances, après la destruction, le pillage.

irma - LCI

Une population française désemparée bave d'envie sur le côté des Bataves où, dans des circonstances rigoureusement identiques, le foutoir et l'anarchie ont été mieux maîtrisés. Les Hollandais ont su prendre en main la situation.

irma

"Dutch side il y a des militaires, maréchaussée, police à chaque coin de rue ! Ils mettent un couvre-feu à 17h pour nettoyer les rues des pilleurs. Ici côté français, les pilleurs remplissent des bus entiers de tout ce qu'ils trouvent."
La Dépêche

Les témoignages similaires pullulent.
[NDLR: savez-vous que cet objet en apparence anodin qui mesure moins de 10 cm peut vous sauver la vie dans de telles circonstances ? Cet ancien de la CIA vous explique ici comment vous le procurer.]

Sous l'administration française, les "forces de l'ordre", selon l'expression consacrée, sont absentes, l'administration balayée.

Que fait l'Etat ? De la com'.

Macron prend l'avion le 11 septembre et fait savoir au public esbaudi par tant d'audace qu'il n'y a pas que lui mais des équipements : "départ pour les Antilles avec du matériel pour gérer l'urgence et commencer le travail de reconstruction". Il est accompagné par les ministres de l'Education et de la Santé. "L'investissement est complet, et la reconstruction le sera, rassurez-vous".

Je ne vois pas ce qu'il y a de rassurant à probablement encore plus de tout ce qui ne fonctionne pas.

L'Etat français contrôle 57% de l'économie mais s'avère incapable d'assurer ses fonctions régaliennes qui sont de garantir la sécurité et la propriété de chacun. Voici ce que nous démontrent les frontières et un ouragan. Qu'on ne nous dise pas qu'il faut "plus de moyens". L'Etat hollandais contrôle moins de 44% de l'économie du pays et fait mieux lorsqu'on en a vraiment besoin.

GUERRE DES DEVISES ET CASSE DU SIECLE
27 000 € de gain grâce à l'euro/dollar... mais sans toucher au Forex ?

C'est possible... et c'est par ici.


LES NOTES DE CHARLES HUGH SMITH

Charles Hugh Smith

Les causes du recul des salaires au 21ème siècle

L'un des plus grands mystères pour les économistes conventionnels est de comprendre pourquoi les salaires n'augmentent pas pour les 95% des salaires les moins élevés -- même si le chômage est faible et que les embauches restent solides. Selon la théorie économique classique, l'offre limitée de travailleurs disponibles corrélée à une forte demande de travailleurs devrait faire grimper les salaires.

Pourquoi donc les 95% des salaires les moins élevés ont-ils reculé dans une économie en croissance ?

Nous pouvons commencer notre recherche de la réponse en retournant 44 ans en arrière, au début des années 1970. On remarque alors que les 5% des salaires les plus élevés ont commencé à se démarquer dans les années 1980, au moment où la financiarisation et la mondialisation ont décollé.

Cette différence s'est creusée lors du boom technologique des années 1990 et lors de la bulle immobilière du début des années 2000. Les 95% des gens les moins bien payés ont certes profité de ces expansions, mais à un niveau moindre.

Suite l'éclatement de la bulle du crédit subprime en 2008/2009, la "reprise" a vu les salaires des 5% des gens les mieux payés augmenter fortement tandis que ceux des 95% les moins bien payés chutaient.

Ce graphique ne tient compte que de la population masculine.

Un écart entre les salaires qui ne cesse de se creuser

Voici les revenus des ménages depuis le boom d'après-guerre de la fin des années 1940 et des années 1950. Remarquez le changement au début des années 1970 et la stagnation de tous les niveaux de revenus depuis 2000.

Trajectoires de revenus divergentes

Les forces à l'oeuvre dans les années 1970, 1980 et 1990 et qui ont comprimé les salaires sont bien connues : la financiarisation, qui a bénéficié aux salaires les plus élevés aux dépens des salariés asservis par la dette, dont le fardeau est de plus en plus lourd ; la mondialisation, qui a opposé les travailleurs américains à une main-d'oeuvre mondiale en constante augmentation et composée d'employés faiblement rémunérés ; et l'automatisation/les logiciels, qui ont migré de l'usine aux secteurs des services.

Les travailleurs offrant les aptitudes requises par la financiarisation, la mondialisation et l'automatisation - les technocrates et les dirigeants — ont tiré leur épingle du jeu tandis que ceux qui ne pouvaient pas ajouter suffisamment de valeur au sommet de la chaîne ont vu leurs salaires stagner.

Mais ces forces n'expliquent pas à elles seules la stagnation des salaires des 95% au bas de l'échelle.

Trois autres forces tout aussi puissantes entrent en jeu :

1 - Les taux d'intérêt nuls et une liquidité abondante ont maintenu en vie des entreprises moribondes, ce qui a gonflé l'offre.

Dans tous les secteurs prévaut une surabondance de l'offre, de tout : trop d'espaces marchands, trop de fast-foods, etc. Des entreprises marginales ont pu continuer à fonctionner même en étant moribondes, générant juste assez de revenus pour emprunter plus d'argent et pour reporter le remboursement de leurs dettes.

Dans un environnement de taux constants, c'est-à-dire des hypothèques à 6% et des taux plus élevés pour les autres dettes, ces entreprises zombies auraient été fermées. L'offre excédentaire aurait donc diminué, ce qui aurait permis aux survivants de regagner un pouvoir sur les prix et par conséquent leur aurait donné les moyens de payer des salaires plus élevés.

2 - Des revenus ont été siphonnés par une hausse constante des charges socialesau lieu d'être donnés en salaires : cotisations d'assurance médicale, taxes plus élevées pour les indemnités d'accidents du travail, etc.

Lorsqu'un employeur doit payer plus de 500 $ par mois pour l'assurance santé d'un employé, cette somme aurait pu grossir un salaire ; à la place, elle disparaît dans les mâchoires insatiables des soins de santé américains.

3 - La plupart des employeurs ne peuvent se permettre de payer des salaires plus élevés sans tenir compte du marché du travail.

Ils doivent faire face à des coûts toujours plus élevés alors que leur pouvoir sur les prix (leur capacité à augmenter les prix) est nul du fait de l'excédent de l'offre dans quasiment tous les domaines.
[NDLR : certaines entreprises en croissance sur des secteurs novateurs ont des marges robustes et du pouvoir sur les prix. Vous pouvez les financer... pour votre plus grand profit. Découvrez ici comment rejoindre les "nouveaux millionnaires".]

Les seuls secteurs ayant la capacité d'augmenter les prix à leur gré sont les cartels qui réussissent à faire leurs profits sur le dos de la population, sous la protection de l'Etat fédéral : l'enseignement supérieur, les grandes sociétés pharmaceutiques, etc.

Confrontés à une absence totale de pouvoir vis à vis des prix et à des coûts plus élevés, les employeurs peuvent soit augmenter les heures de travail de leurs employés actuels, ou bien embaucher à temps partiel des travailleurs sans avantage contractuel. C'est la réalité pour la plupart des petites entreprises.

Le problème de la stagnation des salaires, c'est que notre système socio-économique nécessite des revenus toujours plus élevés pour fonctionner. Les salaires qui stagnent mettent à mal les programmes de financement par répartition tels que Medicare, les impôts des gouvernements locaux indexés sur le revenu, et bien entendu les secteurs de la consommation qui s'appuient sur la dépense des 95% du bas de l'échelle.

Comme je l'ai souvent fait remarquer, combler l'écart entre les salaires qui stagnent et des dépenses plus élevées par un endettement plus élevé, cela fonctionne un temps mais ce n'est pas éternel. Un jour ou l'autre, les coûts croissants de service de la dette engloutissent l'emprunteur – et lorsque ce dernier fait défaut, la créance irrécouvrable engloutit le prêteur à son tour.

 

  Publications AGORA © Tous droits réservés 2002–2017  
 

Vous souhaitez recevoir La Chronique Agora quotidiennement ?
Inscrivez–vous gratuitement

Une question, une remarque ? Il suffit de nous écrire à la–redaction@publications–agora.fr.

Vous souhaitez vous désabonner de La Chronique Agora ?
[%= :Unsub(cliquez ici) %]